Carrosserie de la Cave, lauréat 2018 de la reprise d'entreprise

Lauréat 2018 du concours « Reprendre & réussir en Seine-et-Marne », catégorie TPE, Manuel De Almeida revient sur son histoire dans l’entreprise et sur le processus de reprise.

ZOOM SUR

> Entreprise : Carrosserie de la Cave
> Président Directeur : Manuel De Almeida
> Secteur d’activité : Carrosserie Peinture
> Effectif : 7 personnes
Adresse : 6-10 rue Altiero Spinelli
77240 Vert-Saint-Denis
Site web : carrosseriedelacave.fr
Réseau social : facebook.com/carrosseriedelacave
Email : carrosserie-de-lacave@orange.fr
Téléphone : 01 64 52 08 76

« J’ai commencé dans la carrosserie peinture en 1985 dans un garage Renault avec un pré-apprentissage puis un apprentissage et un contrat de professionnalisation. J’ai obtenu un double CAP en carrosserie et en peinture. Je suis ensuite parti chez Ford en 1989 en tant que carrossier peintre. Je suis devenu chef d’équipe en 1995 jusqu’en 2001 quand je suis passé responsable après-vente. Depuis, je m’occupais de la carrosserie, de la mécanique, etc., pour toute la concession.

En fait, j’ai toujours travaillé dans mes locaux actuels de Vert-Saint-Denis. Mais le pôle carrosserie peinture appartenait auparavant à la concession Ford d’à côté. Et quand le gérant qui m’avait embauché a laissé la place à son fils, celui-ci n’a pas voulu garder l’activité. C’est là que je me suis décidé à reprendre le pôle avant que la concession soit revendue.

J’ai donc décidé de m’investir pleinement dans un domaine que je maitrisais parfaitement et que je serais le seul à gérer, avec mon fils et une bonne équipe. Je travaille toujours en partenariat avec la concession Ford. J’ai racheté les contrats d’assurance et ce qu’ils faisaient arrive maintenant directement chez moi. Je travaille également beaucoup avec les autres concessionnaires du secteur.

« L’investissement est différent quand on travaille pour soi-même »

Avant la reprise, je m’occupais de l’après-vente, des négociations avec les assureurs, de choses très diverses en fait. Cela m’a beaucoup aidé pour la reprise. Je connaissais le business. Nous avons mis trois mois à préparer l’ouverture. Il faut du temps pour préparer la clientèle, l’atelier, pour revoir les contrats avec les fournisseurs et les clients. Il a fallu tout refaire, démarcher les apporteurs d’affaires, rencontrer les directeurs de flotte pour les informer du changement de gérant. Dans les faits, ils n’ont pas eu de crainte car ils me connaissaient déjà. Il n’y a pas eu de coupure dans l’activité de la carrosserie. Et le jour J, nous avons organisé un évènement sympa pour marquer le coup avec nos clients et fêter l’inauguration de la Carrosserie de la cave.

Une nouvelle collaboratrice avait été recrutée avant la reprise pour être formée et opérationnelle le moment voulu. J’ai par ailleurs souhaité reprendre l’intégralité des salariés de l’entreprise, auxquels j’ai depuis ajouté deux jeunes en apprentissage. J’ai toujours été formateur, j’aime former des apprentis. Et mon fils, qui a été meilleur apprenti de France en 2013 s’est engagé avec moi dans la reprise et est devenu mon associé.

Dans le fonctionnement quotidien, nous n’avons pas changé grand-chose ; j’étais là depuis 26 ans et cela tournait déjà bien. Nous avons amélioré notre façon de travailler, et l’investissement est naturellement différent quand on travaille pour soi-même. Aujourd’hui, je travaille plus en direct avec mon équipe. Il n’y a plus d’intermédiaire entre moi et ma collaboratrice ou mes salariés.

« C’était comme une création »

Nous n’avons pas eu particulièrement besoin d’aide pour la reprise. J’avais justement déjà créé une autre société avec mon épouse, il y a 5 ans, pour un salon de coiffure. J’avais donc cette expérience. Il y a juste le fait de détacher le pôle carrosserie peinture de l’entreprise précédente qui a nécessité des connaissances juridiques que je n’avais pas. Mais la transaction se faisait avec mon ancien patron et il voulait que ce soit moi… Nous avons tout de même profité de l’aide juridique de notre cabinet comptable. Il a fallu revoir les contrats de mes salariés, l’informatique. C’était comme une création de ce point de vue. Nous avons également effectué quelques travaux, notamment pour ajouter des bureaux qu’il n’y avait pas, car tout l’administratif se faisait jusque-là à la concession. Et finalement, tout était prêt le jour J.

Concernant le financement, j’ai contracté un emprunt. Le directeur de mon agence bancaire m’a beaucoup encouragé et voulait même que je reprenne une carrosserie supplémentaire, mais j’ai préféré rester sage…

« Le travail paie toujours »

Aujourd’hui, les affaires fonctionnent. Nous nous sommes vraiment investis dans le projet, avec toute l’équipe. C’est un vrai projet de vie qui nous prend 95 % de notre temps, samedi et dimanche inclus.

Un conseil pour porteurs de projet qui veulent reprendre : c’est à force de travailler qu’on y arrive ! Le travail paie toujours, même si la chance joue son rôle. Il faut une implication totale et ne pas compter ses heures. Et à la fin, on se sent vraiment fiers de ce qu’on réussit ! »

Le concours Reprendre & Réussir en Seine-et-Marne est organisé par le Réseau Transmettre & Reprendre une Entreprise en Seine-et-Marne. Créé en 2005 à l’initiative de la CCI Seine-et-Marne, il réunit les principaux acteurs départementaux de la transmission-reprise d’entreprises. Le Réseau propose notamment un bulletin d’opportunités et des forums dédiés à la transmission/reprise, des consultations d’experts (avocats, experts-comptables), un Club de Repreneurs et un concours annuel « Reprendre & Réussir » valorisant des reprises.