PR Industries : quand votre entreprise vous va si bien
Reprise, transmission d'entreprise

PR Industries : quand votre entreprise vous va si bien

 
François Goffaux a bien fait les choses. Ses envies de liberté et de changement lui ont fait passer le cap du salariat pour devenir chef d’entreprise.Mais il a pris le temps de bien ficeler son projet pour ne pas se tromper.
Il explique son parcours de repreneur.
 
« J’ai travaillé une vingtaine d’années comme cadre salarié. Avec le temps, je voulais plus de liberté et je me disais que je serais peut-être mieux dans une PME que dans une grosse structure. J’ai donc fait le choix de devenir chef d’entreprise et de m’orienter vers la reprise. J’avais cette expérience de manager, de développement d’activité et de développement commercial mais pas forcément une expertise particulière qui pouvait correspondre à une création d’entreprise. J’ai travaillé dans l’industrie comme ingénieur en production et en maintenance, dans l’industrie métallurgique, l’industrie plastique, dans les services et notamment les prestations de location et nettoyage de textile pour les industriels.
 
Après m’être mis d’accord avec mon employeur sur mon départ, j’ai suivi une formation courte sur la reprise d’entreprise organisée par l’association CRA (Cédants & repreneurs d’affaires).
 

Une reprise d’entreprise prend du temps

Une reprise d’entreprise prend du temps. Il y a plus de demandes que d’offres car il n’y a pas autant d’entreprises rentables à vendre qu’on pourrait le penser. J’ai notamment été conseillé par le service de reprise de la CCI Paris Ile-de-France. On m’a bien aidé sur l’identification des cibles, en adéquation avec mon expérience, mon savoir-faire et les besoins des entreprises à reprendre.
C’est un marché caché. Il faut se rapprocher des avocats, des conseillers spécialisés dans la reprise, des associations, des réseaux… et faire de l’approche directe via la CCI, après avoir fait une sélection des chefs d’entreprises en âge de passer le relais. Puis il y a l’étude de l’entreprise, la recherche de financement… tout cela m’a pris plus d’un an.
 

Des aides et des conseils

À partir du moment où j’avais avancé assez loin avec le cédant de PNR France, j’ai fait mon montage de financement et j’ai contacté le réseau Initiative Nord Seine-et-Marne et Ile-de-France Transmission, un fond complémentaire sur les prêts d’honneur. J’ai rempli un dossier, je suis passé devant le comité et cela s’est bien passé.
 
Au moment de sauter le pas, on compte son argent ! J’ai dû réduire mon niveau de vie. On prend des engagements pour un bon moment, vis-à-vis des banques notamment. Pour l’instant, cela se
passe bien mais il faut garder les clients, développer l’entreprise et bien gérer pour payer sa dette. Si les trois sont faits au bout de sept ans, alors seulement on pourra dire qu’on a passé une étape importante.
Il faut pouvoir s’adapter à l’entreprise, assurer la pérennité de l’activité, pour les salariés, l’entreprise et les clients et avoir quelque chose de plus à apporter. À l’inverse, il faut prévoir de se faire aider là où on est moins performant et d’avoir ces ressources-là dans l’équipe. La CCI m’a aidé au niveau de la reprise, des contacts pour le recrutement, elle m’a aussi aidé à m’intégrer localement.
 

Le changement dans la continuité

Après la reprise, le plus difficile, c’est le quotidien…

Tout est important mais la priorité reste la relation client. J’ai dû me faire connaitre, me faire apprécier, leur assurer qu’ils allaient profiter de la même qualité de service, des mêmes produits, avec un petit plus…
Et il y a tout un panel de fournisseurs et de partenaires qui sont là depuis longtemps et chez qui j’ai été formé. Il y a une continuité avec les clients, les fournisseurs, les partenaires, les salariés…chacun a ses tâches et son savoir-faire. Il ne faut pas couper ça. Une partie de notre activité est axée sur le lavage des cuves utilisées pour le mélange et le stockage de liquides dans tout type d’industrie : plats préparés, shampoings, crèmes pour le visage, détergents, etc.
Il faut adapter les têtes de lavage aux process de l’industriel. Nous effectuons des essais, donnons des conseils… Et nous proposons de nouveaux services tels que des kits d’adaptation des têtes de lavage aux cuves ou bien des équipements de lavage complets, avec cuves de préparation de liquides de lavage, pompes, automatismes, etc. Le marché évolue, il faut évoluer avec lui et même anticiper certaines demandes. »
 
 
 

PR INDUSTRIES

5 allée des Carrières - 77090 Collégien
www.prindustries.fr - commercial@prindustries.fr
Tél. : 01 60 17 63 65

 
Contact
CCI SEINE-ET-MARNE
infocci@seineetmarne.cci.fr01 74 60 51 00